Pour la petite histoire

Derby de la Meije, printemps 2003,

Matt pêcheBaloo – Matthieu Allamand, 2 fois deuxième les 2 années précédentes – arrive en avance pour son départ, affûté. Un collègue lui emprunte sa brosse à semelle. Celui-ci prend son temps, et lorsque Baloo la récupère, il ne lui reste pas beaucoup de temps pour brosser ses skis avant son horaire. 
Cela finit, il se pointe à l’aire de départ, où on lui annonce que sa vague est partie, mais « qu’il pourra partir à la fin ». Baloo enrage, les skis, préparés pour la neige froide du matin, ne seront plus aussi efficaces sur la neige transformée d’un départ à 13h00.
Tant pis.

Rongeant son frein pendant des heures, c’est la rage au ventre qu’il arrive enfin au portillon. Dixit Baloo, « C’était dégueulasse, mais là, j’ai envoyé là, ouh là, énervé ». Résultat, temps scratch. Stéphane « Tchik » Tchiknavorian à 6″, Stéphane « Steflon » Lagarde à 9″. Baloo exulte.
 Pas longtemps : temps annulé pour cause de vague de départ manquée…

Alors juste pour dire : pourquoi avoir laissé Baloo partir, en retard, dans des conditions limites, pour annuler son temps une fois en bas ? 
Tous ces risques pour rien, si ce n’est une lombalgie dûe à une fâcheuse compression et surtout à son agressivité négative. 
Bravo les gars. On applaudit aussi la sportivité des plus proches adversaires de Baloo, qui n’ont pas reconnu en lui celui qui était allé plus vite que tout le monde après tout le monde ce jour là. Et dire qu’on était en montagne. Il va de soi que l’on considère Baloo comme seul et unique vainqueur. Vainqueur du Derby de la Meije 2003,
sur protos Aluflex Deux mètres.

Denis Rey, vainqueur de l’épreuve à ses heures perdues, coach sur ce coup du ballant Baloo, a apprécié ce jour-là…

En 2004, Baloo a gagné le Derby, en équipe, pas rancunier, 
en telemark.

Depuis, il est père, d’Anselme, il lui apprendra à brosser ses skis avant de prêter sa brosse…

Propos recueillis et romancés par le vengeur masqué, qui rend à César ce qui est à lui.