Quelques images du nord du Japon, qui a, semble-t-il, connu un hiver bien chargé… Kenji Nishimura nous fait partager sa passion du ski, dans des paysages et des ambiances qui incitent au voyage ! Nous irions bien visiter Kenji…

Son témoignage :

I am Kenji from JAPAN.

It was the end of skiing season.

This winter I was enjoying with Aluflex Ecrectic Ski.

The ski is good response and stability. I like Aluflex Ecrectic Ski.

Then I am going to green mountains.

Best regards

Kenji Nishimura

Passer commande d’un engin sur mesure est toujours un moment entre joies et désillusions, on arrive avec ses certitudes… Et les shapers (ici Piero) t’expliquent un peu comment ça se passe, du coup, tu restes quelques fois dubitatif, mais ça s’arrange toujours une fois sur la neige, même quand elle est (la)molle

Laurent Molitor et Piero !

Tal

TalTal, notre nouveau conseiller/vendeur splitboard, a monté sa split au Mont-Blanc…

Belles images, de belles lignes, envoyées par l’Équipe du Lundi, qui ravivent les souvenirs de cette très bonne saison passée…

Ci-dessous, le Berio Blanc, détails de ce run ici

Ci-après, Aiguille de Glière, à Chamonix, infos ici

L’ami italien Giuseppe, en pleine confiance sur sa split, n’en finit plus de remercier les shapers, par exemple en passant sous l’Aiguille du Chardonnet, couloir sud, 3824 m. Argentière.

 » Hi,
Yesterday I was in Argentière, I went down the Aiguille du Chardonnet couloir South.
I am attaching some photos …. the board does very well!
I’m doing good publicity! :)

Greetings and thanks

Giuseppe « 

Parce que vous avez un état d’esprit dans lequel je me retrouve et surtout parce que ma paire de passe montagne 185 est infatigable… Peut être une paire de barbapoudre au printemps, ça fait longtemps que j’ai envie de me les offrir. Pour le moment, juste un petit bonnet pour inaugurer la boutique en ligne…

Yann Paraz

Photo Yann Paraz – Rider Boris

Gâteau Divin

Hello, check out the birthday cake my girlfriend (Evi) created for me.

I liked it as much as my real monoski :)

Best regards, Gabor (Hungary)

monosi.hu

 

Quelques images de Baffin
« La caillante de notre vie à Baffin, mais de superbes couloirs! »
Fanità – Son Blog

Photos Fanità, Chloé Laget

Wiki Baffin, ici

Denis, DanielPour une fondue à luflex, il faut du bon fromage, peu de blanc, quelques cèpes…

Et prendre de l’altitude.

Denis Rey, grutier et Daniel Serre, couvreur.

Auberge de l’Airon.

Burle du Tour Noir Belle ambiance! Le cousin de la Burle est de passage au col du Tour Noir, Argentière… 

Très pratique pour décoller les peaux. Anne Buot et Luc Mallet en séance d’assemblage de split extrème…

Photo Roch Malnuit

Sortie entre amis

Face ouest Eiger
Sur les skis depuis l’âge de 3 ans la passion est restée intacte…

Le ski… Une sensation de liberté, d’absolu, de beauté infinie… Et d’amitié.

L’Eiger , cette montagne mythique surnommée « Théâtre du Vertige » fut la scène de drames des plus tragiques comme d’exploits inhumains qui ont marqué l’histoire de l’Alpinisme de ce siècle et qui firent l’objet de tant de récits et même de films, comme « The Eiger Sanction » avec Clint Eastwood.

Depuis 22 ans je rêvais de skier cette face alpine mais il manquait toujours un détail pour y aller et puis finalement en 2006 le moment est arrivé, avec mes amis et complices Carlo et Frank, tout était réuni et nous voici dans la face, dans la partie sommitale sous l’arête qui délimite la face nord et la face ouest, énorme, moment d’intense émotion et de complicité au sommet de cette montagne mythique des Alpes, instant unique partagé avec 2 amis, inoubliable, et qui restera à jamais gravé dans mon cœur et ma mémoire d’homme et de skieur.

Ma rencontre avec Aluflex et Daniel Serre en 2003 fut pour moi la découverte d’un compagnon de route extraordinaire: un ski sûr, robuste et sans limite, exclusif, la rencontre avec un artisan hors norme, son créateur, un ami depuis.
Je me souviens encore avec quelle émotion je téléphonais à Daniel à la fin de ma première descente chaussé des «188» , j’étais comme un enfant venant de découvrir l’objet de ses rêves, je n’en revenais pas qu’un ski comme cela existe encore de nos jours.

Comme j’aime à l’appeler «la Patek Philippe du ski» , la qualité de sa fabrication et ses matériaux, dont notamment les différents types de bois, procurent au skieur que je suis une multitude de sensations et de plaisirs difficilement descriptibles mais proches de l’absolu… Des sensations de glisse inouies, une securité infaillible et une stabilité à haute vitesse sans égale… Un tapis volant… La perfection… Si celle-ci existe.

Dans un monde qui évolue à la vitesse de la lumière, au rythme de la globalisation, de l’industrialisation et de la communication, Aluflex nous permet d’avoir le privilège d’être les chanceux et heureux propriétaires d’un objet unique et performant comme seul les artisans d’un temps savaient les fabriquer, objet qui apporte à chacune des journées partagées en sa compagnie un plaisir intense et des sensations nouvelles.
Je souhaite à tous les amateurs et passionnés d’avoir un jour la chance de posséder une de ces paires de ski ou snowbaord et entrer ainsi dans une autre dimension du plaisir de la glisse.

Guillaume

Photo Joachim Braunwarth © Guillaume Chapuis

 

Photo Philou Azaïs

Aluflex ce n’est pas seulement une marque, c’est surtout des produits de qualité fabriqués dans les règles de l’art, à la main.
La première saison où j’ai glissé sur une planche Aluflex (un Phi 185), j’ai tout de suite été conquis par la skiabilité de sa structure et de sa robustesse.
Une inévitable rencontre avec Daniel Serre en fin de saison m’a un peu plus ouvert les yeux sur le pourquoi du comment. Avec des mots simples, il m’a expliqué la complexité pour produire et assembler les différentes parties de ces « Stradivarius de glisse ».
Le courant est passé tout de suite et nous avons mis en route le projet « Aiguille Verte », un monoski à l’ancienne, pin-tail, spatule démesurée, doté de technologies modernes sous et sur le capot.
L’hiver suivant, la première Aiguille Verte glissait sans ménagement sous mes pieds pour mon plus grand plaisir, à tel point que j’ai téléphoné des dizaines de fois à Daniel pour le remercier de son travail.
Skis, snowboards, monoskis sont fabriqués dans le même esprit, ce fameux esprit Aluflex.
Je souhaite à tous les glisseurs de pouvoir goûter un jour à ces petites merveilles génératrices de bonheur, pour ma part plus de question à ce sujet, je glisserai le reste de ma vie avec Aluflex.

Gigi Genoud

Photo Jean-Philippe Azaïs

Monoski - Blackcomb, Canada 

Taken at top of Blackcomb, Canada end of season 2010. The Aluflex Team riders; from left: Dave (Scotland), Pete (Seattle), Sacha (New York), Scott (Seattle), & Erik (Seattle).
We reckon this was probably biggest single private collection of Aluflex monoskis to ever hit Canada !
We have all been riding monos now for 20+ years each; and as usual we had a blast riding the new and old Aluflex’s ! They are an excellent all rounder; super stable at speed…!! which is real important for us cause we love speed !!! ….We’ve clocked one of these at 70 mph on a radar !!!
These puppies are great in almost all snow conditions and they will do pretty much anything you want them to !
We all own a number of monoskis; but the Aluflex is a uniform favourite !! A definate must have for your quiver !!!
thanks for great job !
later

Dave

NDA: il y a un intrus… Quand il en aura marre de devoir suivre les autres, il s’y mettra aussi.

Arsène - Ski Barbakid - Les Carroz

Arsène teste les skis Barbakid en neige vierge d’avril, dans une bonne trouée forestière d’un bois des Carroz, c’est juste s’il laisse une trace tellement ça file…

Pour la petite histoire

Derby de la Meije, printemps 2003,

Matt pêcheBaloo – Matthieu Allamand, 2 fois deuxième les 2 années précédentes – arrive en avance pour son départ, affûté. Un collègue lui emprunte sa brosse à semelle. Celui-ci prend son temps, et lorsque Baloo la récupère, il ne lui reste pas beaucoup de temps pour brosser ses skis avant son horaire. 
Cela finit, il se pointe à l’aire de départ, où on lui annonce que sa vague est partie, mais « qu’il pourra partir à la fin ». Baloo enrage, les skis, préparés pour la neige froide du matin, ne seront plus aussi efficaces sur la neige transformée d’un départ à 13h00.
Tant pis.

Rongeant son frein pendant des heures, c’est la rage au ventre qu’il arrive enfin au portillon. Dixit Baloo, « C’était dégueulasse, mais là, j’ai envoyé là, ouh là, énervé ». Résultat, temps scratch. Stéphane « Tchik » Tchiknavorian à 6″, Stéphane « Steflon » Lagarde à 9″. Baloo exulte.
 Pas longtemps : temps annulé pour cause de vague de départ manquée…

Alors juste pour dire : pourquoi avoir laissé Baloo partir, en retard, dans des conditions limites, pour annuler son temps une fois en bas ? 
Tous ces risques pour rien, si ce n’est une lombalgie dûe à une fâcheuse compression et surtout à son agressivité négative. 
Bravo les gars. On applaudit aussi la sportivité des plus proches adversaires de Baloo, qui n’ont pas reconnu en lui celui qui était allé plus vite que tout le monde après tout le monde ce jour là. Et dire qu’on était en montagne. Il va de soi que l’on considère Baloo comme seul et unique vainqueur. Vainqueur du Derby de la Meije 2003,
sur protos Aluflex Deux mètres.

Denis Rey, vainqueur de l’épreuve à ses heures perdues, coach sur ce coup du ballant Baloo, a apprécié ce jour-là…

En 2004, Baloo a gagné le Derby, en équipe, pas rancunier, 
en telemark.

Depuis, il est père, d’Anselme, il lui apprendra à brosser ses skis avant de prêter sa brosse…

Propos recueillis et romancés par le vengeur masqué, qui rend à César ce qui est à lui.